Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Les pensées de Mémé-Yoyo
  • : De l'émotion, de l'Amour, de la poésie, des proverbes, des souvenirs d'hier et de toujours , de la musique, pour les grands et les petits.
  • Contact

Profil

  • Mémé Yoyo
  • Retraitée, mon plus grand bonheur est d'appartenir à une famille nombreuse.
Mes passe-temps sont ma famille, mon chien, les photos, les diaporamas,la nature, la lecture et le crochet.
  • Retraitée, mon plus grand bonheur est d'appartenir à une famille nombreuse. Mes passe-temps sont ma famille, mon chien, les photos, les diaporamas,la nature, la lecture et le crochet.

Bienvenue !


 

BIENVENUE et PRENEZ SOIN DE VOUS 

Bienvenue en Vendée

hpqscan0001-copie-15

Pour mes parents

Pour mes parents qui m'ont quittée trop tôt et qui me manquent 

 

6 décembre 2022 2 06 /12 /décembre /2022 06:14

Bonjour les z'amis (ies) 

 

 

Pour le premier poème du mois de décembre, j'ai trouvé avec l'aide de MR Google,  un poème dont le titre est... Justement... 

Croyez le...! 

 

Décembre  😉

De William Chapman 

 

Bonne lecture ! 

 

 

Il neige incessamment, il neige jour et nuit.
Le mont est blanc, le val est blanc, la plaine est blanche.
Tout s’efface, tout sombre et tout s’évanouit
Sous les flots de l’immense et muette avalanche.

 

Il neige jour et nuit, il neige incessamment ;
Le lourd linceul mouvant s’épaissit d’heure en heure.
Parfois le vent glacé pousse le bramement
Du grand cerf aux abois qui s’affaisse et qui pleure.

 

Sur le suaire aux plis fugaces et luisants,
Qui dérobent le sein de la terre marâtre,
Dans leurs longs traîneaux bruts, les rudes paysans
Vont charroyant le bois qui doit flamber dans l’âtre.

 

 

 

À la ville, parmi les cris et les sanglots
Du nordet secouant des parcs les froids branchages,
Des rayons de l’aurore aux ombres du soir clos,
Tintent les grelots d’or des pompeux équipages.

 

Le grand flambeau du jour hâtivement s’éteint.
Qu’importe ! Sous nos toits abonde la lumière,
Et la Gaîté bruit et court, comme un lutin,
Du log house fumeux à la villa princière.

 

 

 

 

L’Espoir fallacieux sourit à des milliers ;
Et, bercés par des chants d’anges ou de sirènes,
En songe les enfants déjà dans leurs souliers
Voient le bon Santa Claus déposer leurs étrennes.

 

Et puis, pour saluer, narguant l’hiver cruel,
Dans l’an neuf qui s’avance, un bonheur qu’il espère,
Sous le rayonnement de l’arbre de Noël,
Près du feu pétillant, chacun lève son verre.

 
Collection: 
1912

 

William Chapman (1850-1917) est un journaliste, poète et traducteur canadien.

 

 

 

Je vous souhaite une bonne journée. 

Prenez soin de vous. 

 

​​​​

commentaires

C
Il est magnifique, ce poème, Yolande !!! Gros bisous♥
Répondre
N
Rien que de lire, j(en suis blacée !<br /> Brrrrrrrrrrrrrrrrrrr !<br /> La neige c'est beau mais c'est froid.<br /> Vite, sous la couette !<br /> Bizatoi !
Répondre
R
Très beau poème merci Yoyo. Bisous
Répondre
L
Très joli poème, merci! Bises Nadine
Répondre
J
Joli.... Un hiver que j'ai connu en 1986 !! Depuis..... bises jill
Répondre
E
Bonjour Yolande. C'est un joli poème